SPIRIT OF TRAIL Groupe Trail CA Balma

Profil

Didier Arnal-Brezun

Posté le 30/06/2016 à 16h10

Trail du Ventoux - 24 mars 2013

Le centre

La bonne surprise ... un centre de vacances qui organise des stages d'entraînement de trail et de vélo. On sent en arrivant qu'on est dans un environnement sportif, les photos des traileurs et les maillots des coureurs du tour sont là pour nous le rappeler. L'atmosphère est propice pour de grands exploits ...
Les chambres sont correctes, les repas aussi. Pas du grand luxe mais de bonnes conditions.

Mais la vraie bonne surprise, c'est le lieu de la course. Imaginez que, de votre chambre, vous ayez 30 mètres à parcourir pour atteindre le lieu du départ et, comble du luxe, que, à peine arrivé de la course, il ne vous manque que 30 misérables mètres (après 26km de course et 1000m de dénivelé) pour atteindre la douche bien chaude tant attendue. Et bien, c'est ce qui nous est arrivé, le départ étant donné dans le centre même ! Un grand merci à Guillaume pour nous avoir déniché ce nid douillet.

Veille de course

D'un commun accord ... hum, hum ..., la journée commence par un petit footing, histoire de découvrir les sentiers autour de Bédoin et d'avoir un avant-goût du parcours. Le footing ne dépassera pas 32mn (avec les pauses) mais cela fait du bien de se dégourdir les jambes. Le coin est magnifique, sauvage et propice à de belles balades.
Petite visite de Bédoin en fin de matinée et halte rapide au café. Certains locaux ont, semble-t-il, commencé l'apéro depuis 2 heures mais de notre côté, nous resterons sobres.
L'après-midi, après avoir envisagé de monter au Ventoux en voiture (et oui, il faut garder des jambes pour le lendemain), nous renonçons finalement car la neige empêche d'atteindre le sommet. Je suggère une visite culturelle de Vaisons-la-Romaine, approuvée à l'unanimité (merci les copains de m'avoir fait plaisir) et nous voilà partis.
Comme nous ne connaissons pas encore bien les routes, nous décidons d'emprunter un raccourci (merci le GPS de l'Iphone) qui nous permet de tester les capacités tout-terrain du camion du club (rassure-toi, Michel, c'est passé !).
Nous profitons de notre visite à Vaisons, son château, sa cité médiévale, sa cathédrale (nous sommes d'ailleurs maintenant incollables sur la différence entre les églises et les cathédrales).
Petite halte chez le chocolatier puis au salon de thé (ben oui, même pas droit à une petite bière ...).
Le retour se fait tranquillement. Il faut dire que Fabrice est un as du volant, même dans les virages qui bordent le Ventoux.
Ah oui, petite halte (mais vraiment petite) dans une cave de Ventoux où 2 de nos compères se feront un devoir de goûter les différents breuvages qui leurs sont proposés.
La journée se termine par une pasta-party. Alex nous impressionne par sa capacité à engloutir 2 assiettes de pâtes pleines à ras-bord. Mais le jour du verdict n'est pas loin, on verra si une nuit entière a suffi pour digérer une telle quantité ...

La course

Comme prévu et bien que nous ayons guetté le moindre changement dans les prévisions, la pluie est bien présente le jour de la course. Faible le matin mais cela n'ira pas en s'arrangeant tout au long de la matinée.
Petit bonjour rapide à Sylvaine Cussot et Manu Gault qui sont venus en voisins.
Quelques hésitations sur la tenue adéquate : manches courtes, manches longues, avec ou sans veste, avec ou sans casquette, avec ou sans booster et c'est parti ...

Il faut jouer des coudes au départ, 1300 coureurs sur les 2 courses dont le départ est donné en même temps.
Mais rapidement, le sentier s'élève et les écarts se font.

Le parcours est très varié : un passage dans le sable sous une pinède dans les premiers kilomètres, une ascension vers les premières crêtes où l'on parcourt un très beau sentier en monotrace puis une première montée dans un bois. La pente se calme un peu puis reprend de plus belle. Le seul ravitaillement est au 14e km, il reste encore un bon kilomètre à monter en sous-bois (et pas le plus facile) avant d'atteindre le point de séparation entre le 26km et le 46km. Là, on peut choisir quelle distance on veut faire (c'est l'originalité de cette course) et beaucoup choisiront le 26km vues les conditions météo. Pour Balma, c'est 26km pour tout le monde ... notre entraîneur préféré Marcel Weber nous a bien dit qu'il fallait être prudent en début de saison !

La descente, à partir du 15e km, est tout aussi magnifique : chemin rocailleux en haut puis passage sur un sentier forestier sans grand intérêt puis reprise d'un sentier monotrace avant d'entamer une très belle descente en sous-bois dans laquelle les plus téméraires peuvent s'en donner à coeur joie. Mais, il faut garder du jus pour les 3 derniers kilomètres ... un terrain qui redevient plat malgré quelques buttes à franchir ... les plus frais peuvent encore gagner quelques places, ce que je me fais un plaisir de faire, surtout à chaque fois que je vois devant moi un traileur avec quelques cheveux blancs et qui a la mine un peu fourbue d'un V2 !!!

Au final, une belle course avec un parcours très travaillé, quelques regrets de ne pas avoir eu un temps plus dégagé et l'envie de revenir, peut-être sur la distance la plus longue.
Sur 520 coureurs sur le 26km, 3 d'entre nous se classent dans les premiers 10% et 2 dans les premiers 15%, pas mal. Dommage qu'il n'y ait pas eu de classement par équipes. Et si tout le monde avait pu venir, je crois que nous aurions fait un tabac, peut-être l'année prochaine ...

Image utilisateur

Commentaires